Exemple d’un sol avec joints sciés

avant les années 1980

Uniquement joints sciés

Représentation schématique d’une dalle de 1600 m² avec joints sciés tous les 5 mètres = 720 mètres courant de problèmes éventuels.

En fait, on a détruit la dalle en la sciant afin de palier au problème du retrait. En réalité, on résout un problème en créant un nouveau problème. Lors du trafic des engins de transport (élévateurs, Clark, etc…), les joints sciés ne permettent pas le transfert des charges et les bords de joints ne sont pas protégés. Très vite, les bords de joints vont se dégrader et s’effriter sous l’impact de ses charges dynamiques. Les charges statiques peuvent, également, causer un mouvement vertical. A court terme, la dalle sera sérieusement abimée, voir dangereuse ou inutilisable.

Exemple d’une dalle sans joints sciés. En plus de la réduction des problèmes de 75%, les joints de dilatation ont bien d’autres caractéristiques et avantages.

1980

Introduction des premiers joints de dilatation afin de mobiliser le retrait du béton

Les joints sciés sont remplacés par des joints de dilatation. Ci-dessus, nous avons l’exemple d’une dalle sans joints sciés de 40x40 mètres (1600m²). Il y a donc 160 mètres courant de joints de dilatation linéaire. En comparaison avec l’exemple précédent, on améliore la situation de 75%. A première vue, cela semble être une bonne solution. Néanmoins, l’aptitude à l’utilisation de la dalle est fort dépendante du type de roue utilisée et de l’intensité du trafic.

Le mouvement horizontal est possible grâce aux joints de dilatation. Lors du durcissement du béton, celui-ci va inévitablement se rétracter. Avec un joint de dilatation, le retrait du béton est contrôlé. Les joints sciés deviennent superflu. Une fois ce retrait contrôlé, seul des variations excessives de températures pourraient encore avoir une incidence sur le sol. Ce phénomène concerne principalement les dalles extérieures. L’ouverture du joint de dilatation est donc le résultat du retrait du béton. Le retrait du béton dépend de la taille de panneaux réalisés (ex : 20x20m, 30x30m, etc…). Plus les panneaux de dalle sans joints sciés sont grands, plus l’ouverture du joint de dilatation sera grande. Le retrait est dépendant de divers facteurs tels les circonstances climatologiques, la qualité et l’humidité du béton et du ciment, le type d’armature utilisée. Le retrait est bien évidemment différent d’un projet à l’autre. En moyenne, le retrait varie de 0,3 à 0,5mm par mètre. On a donc résolu le problème du retrait du béton grâce aux joints de dilatation. Cependant, l’ouverture du joint reste problématique lors d’un trafic avec des engins élévateurs et ne doit pas être sous-estimé. Ce trafic est inhérent au bon fonctionnement d’un centre logistique.

Le joint de dilatation permet le transfert des charges et empêche le mouvement vertical des dalles. Le joint de dilatation est conçu de telle façon que les dalles sont liées entre elles, ce qui limite le mouvement vertical. Le transfert des charges d’une dalle à l’autre est réalisé par le joint de dilatation, ce qui augmente la longévité de la dalle. Les dallages seront mieux soutenus à ces endroits critiques. Plus l’ancrage du joint de dilatation est optimal, plus le transfert de charges est efficace. Les joints de dilatation avec ancrage continu ont de meilleurs résultats que les joints avec ancrage discontinu.

Les bords des joints de dilatation sont protégés (acier) mais cela reste insuffisant lors d’un trafic d’engins élévateurs avec des roues durs.

 Le joint de dilatation peut être utilisé comme joint d’arrêt de phase de bétonnage. Cette technologie autorise une certaine flexibilité dans les plannings de bétonnage.

2007

La solution Sinus Slide Joint®

Malgré toutes ses caractéristiques avantageuses, le joint de dilatation linéaire traditionnel a un grand désavantage : l’ouverture du joint après le retrait du béton. Dans la plupart des halls logistiques, on retrouve des engins élévateurs avec des roues durs, de tous types de diamètres. Lors du passage sur le joint de dilatation, les roues de ces engins tombent dans l’ouverture du joint et causent des chocs important. Ces chocs à répétition causent pas mal de dégâts au joint, sol, engins de transport ainsi qu’aux marchandises. Même les chauffeurs sont victimes de ces chocs et vibrations à répétition. Cela concerne tous les intervenants d’un hall logistique.

La dureté des roues, la surface de contact de la roue, la vitesse détermine la lourdeur de l’impact sur le joint. La tendance actuelle, dans le monde logistique, va vers des engins élévateurs équipés de roues de plus en plus petites et de plus en plus durs avec un chargement de plus en plus lourd et une vitesse plus importante. Le Sinus Slide Joint® est le seul joint qui a suivi et évolué avec cette tendance.  

Là où d’autres producteurs ont essayé de renforcer les bords de joints afin de réduire la problématique du choc, la société HCJ a trouvé la solution durable en éliminant la cause. Avec la solution Sinus Slide Joint® (Patent Pending), les roues des engins élévateurs sont constamment en contact avec le sol lors du passage sur le joint, quel que soit la direction, la taille et la forme de la roue. Les roues glissent d’une dalle à l’autre sans aucun choc, ni vibration. Le passage est totalement fluide. Les dégâts au sol et au joint sont limités voir évités. On constate un confort indéniable pour l’homme et la machine. Ce joint garantit la sécurité et le bien-être des travailleurs sur le lieu de travail, ainsi qu’une épargne conséquente par année pour le logisticien. Pour plus d’informations, visiter la page suivante : « Produits – HC Omega Sinus Slide® ».

à partir de 2012

Le concept Cosinus Slide Joint®

Le concept Cosinus Slide Joint® de la société HCJ franchit encore une étape supplémentaire dans l’évolution des joints de dilatation. Dans notre quête du joint parfait, nous avons introduit sur le marché une technologie innovante (également « Patent Pending ») qui optimalise encore mieux le transfert des charges. A l’heure actuelle, faire mieux parait impossible.

En effet, le concept Cosinus Slide Joint® maintient les caractéristiques idéales du Sinus Slide Joint® mais renonce au système d’ancrage traditionnel par goujons pour connecter les dalles entre elles. Dans ce concept, les dalles glissent les unes sur les autres (mouvement horizontal), ce qui permet une connexion optimale entre les dalles et empêche par la même occasion le mouvement vertical. Grâce à sa forme géométrique particulière, le Cosinus Slide Joint® permet le transfert des charges par le sol (le béton) directement. Voici pourquoi notre slogan est: « The joint is the floor, the floor is the joint ».  Pour plus d’informations, visiter la page suivante: « Produits- Cosinus Slide® ».

Avec l’introduction de cette innovation, nous pensons avoir atteint la dernière phase de l’évolution dans la technologie des joints de dilatation pour sol industriels. Néanmoins, l’innovation est l’essence même de la philosophie de notre entreprise. Le développement d’idées nouvelles et la constante recherche de solutions innovantes restent notre challenge quotidien. Un jour, peut-être cette technologie connaitra encore une évolution.

non-linear computer simulation

2015

Stability verification Cosinus Slide©

However, having invented and introduced this revolutionary jointing

solution we decided to go one step further and tackle one of the most dogmatic principles in floor design.

All existing published guidance documents, regarding concrete flooring, explain that the weakest point of a floor is the joint and that load transfer at the joint must be calculated separately.

But  now, after demonstrating the excellent load transfer mechanism in several job sites all over the world, HCJ can prove the load transfer potential of Cosinus slide® profiles with calculations, based on non-linear simulations and laboratory testing in different concrete grades and slab thicknesses. Using the different load cases that occur on the floor, we are now able to check in detail the load transfer at the joint.

Until now, most of the  design engineers  made assumptions regarding the load transfer capacity of  contraction joint profiles.  Today, HCJ can now prove it!…  Again a new era in designing and industrial flooring technology has started.

avant les années 1980

Uniquement joints sciés

1980

Introduction des premiers joints de dilatation afin de mobiliser le retrait du béton

2007

La solution Sinus Slide Joint®

à partir de 2012

Le concept Cosinus Slide Joint®

2015

Stability verification Cosinus Slide©